FEGAFOOT


Comité de normalisation FEGAFOOT : bilan d’étape et quiproquo CHAN 2014


Le comité de normalisation de la FEGAFOOT s’exprime sur les sujets brûlants de l’actualité sportive gabonaise de la tenue prochaine d’élections pour élire dans des conditions transparentes le président de cette importante institution, le toilettage des statuts au quiproquo de la qualification du Gabon à la prochaine Coupe d’Afrique des Nations de Football (CHAN 2014).

Publié le 17 juillet 2013 à 03h07min par La rédaction de FootGabon
Màj : 17 juillet 2013 à 03h03min
Comité de normalisation FEGAFOOT : bilan d’étape et quiproquo CHAN 2014
A lire aussi

Petit rappel des faits. Après l’annulation par la Fédération internationale (FIFA) des élections organisées en mars par l’équipe sortante accusée de fraudes électorales, le comité de normalisation mis en place pour une gestion provisoire de la Fédération gabonaise de football (FEGAFOOT) en avril confirme la tenue d’un nouveau scrutin pour la désignation du futur dirigeant avant fin octobre.

Désigné pour un intérim de six mois prenant fin en mars en remplacement de l’ancien président élu Placide Engandzas, empêché dans des scandales financiers, Moukagni Iwangou « avait créé des associations fantomatiques, qui n’existent pas légalement, qui n’ont pas d’agrément technique du ministère et qui se sont présentées le jour de l’assemblée pour participer au vote. C’est à la suite de cela qu’il y a eu un recours du perdant et la FIFA a suivi ce recours », rapporte Dieudonné Ndoumbou Likouni, président du comité de normalisation.

En plus des joueurs, des entraîneurs, des ligues, des entraîneurs et des arbitres, la Fédération gabonaise de football s’était alors retrouvée avec association des juristes, des supporters, voire de médecine sportive. Par ailleurs, «  la FIFA avait déjà tiré l’attention du comité sortant en octobre sur les nouveaux statuts qui n’avaient jamais été adoptés, ni approuvés par la FIFA », informe Ndoumbou Likouni.

« Nous sommes en crise comme le Cameroun (mais) le problème du Cameroun semble beaucoup plus complexe que celui du Gabon. Nous avons pour objectif de terminer avant le 31 octobre avec une élection transparente où le meilleur va gagner. Nous sommes pratiquement à la fin de la révision des statuts », assure-t-il.

Toilettage des statuts. Nommé le 16 avril, le comité de normalisation a notamment pour mission de « réviser les statuts et d’organiser des élections avant le 31 octobre », explique son président, qui annonce une modification des textes préconisant une limitation à deux des mandats de quatre ans du comité exécutif de la fédération.

Sur recommandation de la FIFA, cet organe de gestion provisoire s’emploie à mettre en place une association du football féminin, en plus des associations des joueurs, des entraîneurs et des arbitres ainsi que les quatorze clubs de première division professionnelle qu’elle a décidé de retenir après avoir expurgé les autres groupements sportifs qui ont été favorisé à voir le jour « juste pour l’élection ».

Quiproquo qualifications du Gabon à la CHAN 2014. Dieudonné Ndoumbou Likouni et sa délégation ont dû écourter leur séjour à Yaoundé (Cameroun) après l’annulation du match devant opposer le 7 juillet le Gabon au Cameroun en vue de la qualification au prochain Championnat d’Afrique des nations Orange (CHAN) prévu en 2014 en Afrique du Sud, une conséquence de la suspension par la FIFA de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT).

Dans un premier temps, le comité de normalisation de la FEGAFOOT avait reçu un courrier de la Confédération africaine de football (CAF) l’informant de la qualification du Gabon suite à la suspension du Cameroun et l’annulation du match entre les deux sélections amateurs. « Nous avons reçu un autre courrier de la CAF qui remettait en question la première décision, en nous disant qu’il fallait attendre la confirmation de la commission des compétitions du CHAN », révèle en outre Ndoumbou Likouni.

Mais finalement, « pour l’instant, n’avons pas de confirmation de qualification. C’est le statu quo. Ça semble un peu flou », fait-il savoir mardi. A l’en croire cependant, « la suspension du Cameroun devrait qualifier le Gabon. Après, si le comité de normalisation qui est exigé par la FIFA est mis en place dans les délais, je pense que le Cameroun a encore la chance de jouer le match de barrage d’ici quelques semaines ».

Sur la base de cette éventualité, un deuxième match de barrage devrait en effet opposer le perdant de cette rencontre à celui du match entre la République démocratique du Congo (RDC) et le Congo- Brazzaville. « On attend, c’est la CAF qui va trancher au dernier ressort. Mais si jamais on nous impose de jouer ce match, on posera le problème à la CAF pour qu’on rentre dans nos fonds », annonce Dieudonné Ndoumbou Likouni.

Il estime entre 40 et 50 millions de francs CFA (soit entre 80.000 et 100.000 dollars américains) de dépenses engagées par la fédération gabonaise dans la perspective du match annulé.


Dans la même rubrique

Retrouvez FootGabon sur...

FACEBOOK
TWITTER



FootGabon sur Twitter@footGabon